EGM

Escadron de Gendarmerie Mobile

Les Escadrons de Gendarmerie Mobiles, EGM, ont été créés en 1921 et dépendent de la Direction Générale de la Gendarmerie Nationale, DGGN. Ils sont présents sur l’ensemble du territoire français (métropolitain et outre-mer) ou en opérations extérieures en tant qu’unités de sécurités mobiles (terme désignant indifféremment une CRS de la Police nationale ou un EGM de la Gendarmerie nationale).

Les EGM sont des éléments militaires rattachés au Ministère de l’intérieur depuis 2009. Leur champs d’opérations, plus vaste que celui des CRS, va du maintien de l’ordre aux insurrections armées, évacuations de ZAD, escortes de produits nucléaires etc . Ils disposent aussi d’hélicoptères et de blindés. Ils ont entre autre été déployés en Afghanistan entre 2001 et 2014.

Ils sont facilement identifiables par leurs casques bleus roi et l’étiquette “gendarmerie” dans le dos.

1
Effectifs en 2018

En 2018, les EGM sont composés de 12,800 hommes et femmes (depuis 2016) pour 109 escadrons d’environ 110 gendarmes. Tous les escadrons sont basé en France métropolitaine et partent en mission de 3 mois en outre-mer régulièrement.

Les escadrons sont généralement composés de 5 pelotons.

  • 1 peloton de commandement (administration et logistique)
  • 3 pelotons de marche
  • 1 peloton de marche d’intervention, PI

Le peloton d’intervention, PI, assure les mêmes tâches que les autres groupes mais effectue aussi des missions spécialisées. En maintien de l’ordre les PI sont entre autre capables de réaliser des interpellations ciblées et de pénétrer dans des lieux barricadés.

L’équipement des EGM est très complet aux vues des leurs différentes missions. Il va du kit complet d’armement de maintien de l’ordre au fusil d’assaut FAMAS et HK en passant par des équipements pour les risques NRBC (Nucléaires, Radiologiques, Biologiques, Chimiques) . Le parc de véhicule est lui aussi très complet avec des hélicoptères, des blindés et des grilles anti-émeute plus grandes que celles des CRS.

Sur les 109 escadrons, 7 sont équipés de véhicules blindés et sont regroupés dans le Groupement Blindé de la Gendarmerie Mobile, GBGM, à Satory. Ils disposent en tout de 84 Véhicules Blindés à Roues de la gendarmerie (VBRG), 20 véhicules de l’avant blindé (VAB) et 26 véhicules civils blindés (VCB).

Les VBRG sont régulièrement utilisés en Outre-mer et en France métropolitaine lors de l’évacuation de la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes en 2018 puis lors des manifestations des Gilets Jaunes. Leur première utilisation semble remonter à 1975 lors d’un assaut contre des autonomistes Corse. Leur rôle, en France, est avant tout défensif en permettant l’avancé sur des barricades à l’abris des projectiles, cocktails Molotov etc ou le dégagement de route avec leur lame avant. Cependant comme l’a révélé Gaspard Glanz, les VBRG sont capables de projeter du lacrymogène en poudre (plus concentré que les fumigènes) via un diffuseur à l’avant du véhicule.

Détail des Escadrons de Gendarmerie Mobile

unites_degm

Menu